Home Environnement Un nuage radioactif de ruthénium-106 apparu dans le ciel de la France
Un nuage radioactif de ruthénium-106 apparu dans le ciel de la France

Un nuage radioactif de ruthénium-106 apparu dans le ciel de la France

0
0

Une trace de ruthénium-106 a été détectée dans le ciel français

Jeudi 9 novembre, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), a supposé suite à une investigation que le nuage radioactif de ruthénium-106, qui est apparu au-dessus de la France à la fin du mois de septembre, vient de la Russie. Cependant la Russie rejette toute responsabilité.

En effet, entre le 27 septembre et le 13 octobre, trois stations spécialisées dans la détection des éléments radioactifs dans l’air ont découvert l’existence de ruthénium-106 dans l’atmosphère. Cet élément chimique provient forcément d’une industrie nucléaire.

Ce sont les stations Seyne-sur-Mer, Nice et Ajaccio qui ont fait la découverte dans le ciel des côtes méditerranéennes. De ce fait, l’IRSN a mené des recherches profondes. D’autres pays européens ont également constaté au même moment la présence de cet élément chimique. Le 6 octobre, le taux de radiation a commencé à diminuer.

L’origine du nuage radioactif reste inconnue

Selon les archives de la Météo France, l’IRSN présume que l’origine de ce ruthénium-106 provient de la Russie, d’une région entre la Volga et l’Oural. Cette conclusion vient de l’analyse des archives météo.

Le gouvernement russe a déclaré, ce vendredi 10 novembre, qu’il n’est pas responsable de ce nuage radioactif. Du côté de la société d’État Rosatom, qui s’occupe du secteur nucléaire pour les entreprises en Russie, les responsables du site nient être à l’origine des fuites d’élément radioactif du site. De l’autre côté, à l’Oural, l’opérateur national kazakh Kazatomprom, engagé dans la production de combustible nucléaire, rejette-lui aussi la responsabilité de la fuite Au Kazakhstan, il n’existe aucun site pouvant produire une telle fuite, explique-t-il.

Le ruthénium-106 est-il dangereux pour la santé ?

D’après l’analyse de l’IRSN, le taux de ruthénium-106 détecté est très faible. De ce fait, celui-ci n’a aucun impact sur la santé humaine.

Par contre, le ruthénium-106 peut être dangereux pour l’homme à partir de 1 milli-sievert (mSv), et même si une personne adulte peut absorber 1 becquerel (Bq)/m3 pendant un an, il sera exposé à 0,5 mSv. Donc, le taux détecté en France est quasiment sans importance. Par contre, les personnes, qui se trouvent aux environs du lieu d’origine, sont fortement exposées à la radiation.

Powered by themekiller.com