Home Environnement Tremblement de terre en Bretagne : Olivier Dauteuil donne les raisons
Tremblement de terre en Bretagne : Olivier Dauteuil donne les raisons

Tremblement de terre en Bretagne : Olivier Dauteuil donne les raisons

0
0

Il a été enregistré dans le nord du département du Finistère, un séisme de magnitude 3,9 sur l’échelle de Richter dans les environs 22h30 ce dimanche. Aucun dégât n’a été enregistré. Cependant, cela pourrait inquiéter puisque ça fait la quatrième activité sismique enregistrée au Finistère en l’espace de deux semaines.

Des failles régulièrement réactivées par des forces sismiques.

Trois séismes ont été enregistrés les 17 novembre, 8 décembre  et 10 décembre respectivement dans les environs de Ploudalmézeau, Pencran et Folgoët. En plus, de celui du dimanche, cela fait un peu trop pour un même département en moins de deux semaines. Pour comprendre l’origine de ce phénomène, France Info a posé quelques questions au tectonicien Olivier Dauteuil. Celui-ci affirme que « les dernières secousses correspondent aux répliques du premier séisme [de novembre, ndlr] ».Il expliqua « la Bretagne est une ancienne chaîne de montagnes, le massif armoricain, qui a arrêté de se développer il y a maintenant 300 millions d’années. Dans cette chaîne, plusieurs failles, les zones de faiblesse, sont régulièrement réactivées par des forces tectoniques. En l’occurrence, des compressions qui sont émises par deux autres chaînes de montagne : les Alpes et les Pyrénées […] la première chaîne « pousse » vers le Nord-Ouest quand la seconde « pousse » en direction du Nord »

80 séismes s’enregistrent par an en Bretagne

Interrogé sur la fréquence des séismes dans la région du Bretagne, le tectonicien expliquait qu’après Auvergne-Rhône-Alpes et l’Occitanie, la Bretagne est la région française la plus sismique. Mais généralement la magnitude des séismes est comprise entre 2 et 3, bien que parfois, on peut se retrouver au dessus des 4. Il précise toutefois que ceci s’enregistre une fois en une décennie. Quant à la question du risque que l’on court dans de pareils cas, Olivier Dauteuil explique « Si l’on se trouve en zone urbaine dans des bâtiments construits sur des roches dures, on va ressentir de simples vibrations. En revanche, si l’on est sur du sable ou de l’argile, cela peut engendrer de légers glissements de terrain. Évidemment, un séisme de ce type n’a rien à voir avec ce qui peut se passer en Italie, où des tremblements de terre de magnitude 6 ont été enregistrés fin octobre. A titre de comparaison, ce sont des secousses au moins 100 fois plus puissante »

Stephane Sirelon Journaliste expérimentée et pluri médias, j’ai travaillé au cours de mes 15 ans de carrière pour rédactions nationales et régionales. Passionnée par l’Ille-et-Vilaine, sa culture, son patrimoine je suis aujourd’hui exclusivement rédacteur web autour de cette thématique. Je vous ferais partager toute l’actualité de l’Ille-et-Villaine, de son patrimoine à sa culture en passant par sa gastronomie et les sorties, l’économie, la santé…

Powered by themekiller.com