Home Sorties Tragédie : un enfant de 8 ans meurt en plein match de futsal
Tragédie : un enfant de 8 ans meurt en plein match de futsal

Tragédie : un enfant de 8 ans meurt en plein match de futsal

0
0

Qui l’eut cru qu’un simple match de football peut tourner au drame, et en plus, une rencontre de jeunes enfants ? Mais voilà, un petit enfant a perdu la vie en plein tournoi de futsal. On revient sur cet évènement tragique.

Quand le foot vire au drame…

L’histoire s’est déroulée un après-midi dans un gymnase situé à Beaucourt (en Franche-Compté), où quelques enfants ont été réunis le temps d’un tournoi de futsal catégorie jeune. Tout se déroule normalement jusqu’à ce qu’un des petits garçons de l’US Sochaux sur le terrain fasse subitement un malaise et s’écroule. D’après les témoignages recueillis par le journal Est républicain, le jeune garçon âgé de tout juste 8 ans n’a pourtant pas été victime d’un choc avec un autre joueur.

Malgré l’intervention d’une infirmière et d’un pompier présents sur place, le petit n’a pas pu être réanimé et les secours ont été appelés pour faire une évacuation. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire, étant donné l’enfant avait déjà perdu la vie au moment où l’hélicoptère du SMUR du Haut-Rhin s’est posé au sol.

Était-il apte à jouer ?

Une telle tragédie, on en a vu quelques-uns cette année, rappelez-vous du petit grenoblois de 5 ans qui a perdu la vie dans de pareilles circonstances en septembre dernier. Et comme pour ce dernier, le petit joueur de l’US Sochaux aurait également été victime d’un arrêt cardiaque, toujours selon les témoins. Les gendarmes venus sur place ont ouvert une enquête tout de suite après le drame pour confirmer la cause exacte du décès.

Le président de l’US Sochaux de son côté a tenu à expliquer que l’enfant était apte à jouer après avoir passé sa visite médicale la saison dernière, obtenant un certificat CNCI valable 3 ans. On rappelle en effet que depuis la rentrée 2016, ce fameux certificat de non contre-indication n’est plus à renouveler chaque année, mais désormais tous les trois ans. Est-ce que cette série de tragédies chez les petits footballeurs remettra-t-elle en cause cette loi ? On l’ignore…

Quoi qu’il en soit, nous sommes de tout cœur avec les parents dans cette douloureuse épreuve.

Powered by themekiller.com