Home Santé Toxicité de la molécule lors de l’essai clinique mortel à Rennes
Toxicité de la molécule lors de l’essai clinique mortel à Rennes

Toxicité de la molécule lors de l’essai clinique mortel à Rennes

0
0

L’équipe du CHU de Rennes a rendu publique les différentes données médicales des participants aux essais de Biotrial, suites auxquels un individu a malheureusement perdu la vie en Janvier.

Rappel des faits de l’essai clinique mortel à Rennes

Que s’est-il exactement passé le 10 janvier et les jours qui ont suivis, à Rennes, pour qu’un volontaire de l’essai clinique d’une nouvelle molécule perde la vie et que les autres dévoilent de sérieux problèmes neurologiques ?

Une partie des faits ont été révélés. Or, l’article que l’équipe du CHU de Rennes, responsable de la prise en charge de ces patients, dévoile dans le New England Journal of Medicine du jeudi 3 novembre, donne un compte-rendu médical apportant de la lumière sur cet accident dramatique.

En Janvier, l’essai clinique d’une molécule qui devait atténuer la douleur mais également l’anxiété, avait entraîné l’hospitalisation de six volontaires. L’un d’entre eux est donc décédé et quatre autres ont été victimes de lésions cérébrales.

Quelles sont les causes de cet essai clinique mortel à Rennes ?

Les causes de cet essai clinique mortel à Rennes sont les effets toxiques sur le cerveau de la molécule testée. Ces derniers sont liés à son accumulation mais pour autant le mécanisme n’a toujours pas été résolu. Le chef du service de neurologie du CHU de Rennes ainsi que ses différents collaborateurs ont eu le consentement de trois participants et de la famille de la victime pour publier les données médicales.

Menée dans la ville de Rennes par le centre d’essais cliniques Biotrial, pour un laboratoire portugais, cette étude avait pour but de tester pour la toute première fois chez l’homme une molécule. Elle se devait de hausser les taux de cannabinoïdes produits par le corps, pour ainsi optimiser les effets analgésique et anti-inflammatoire.

Auparavant, l’essai avait fait l’objet de tests sur différentes espèces animales. Ainsi, la toxicité et les doses de produit avaient été évaluées.

Quelles solutions pour mieux protéger les essais cliniques ?

Après ce grave accident, des groupes de travail ont été conçus au sein de l’Agence européenne du médicament. Leur objectif est d’optimiser les façons de renforcer la protection des volontaires dans les essais cliniques.

Les leçons des échecs lors des essais cliniques, comme celui qui a eu lieu au CHU de Rennes, doivent aider les régulateurs à optimiser des méthodes afin d’apporter plus de sécurité par rapport au développement des médicaments.

Powered by themekiller.com