Home Santé La vaccination doit-elle être une préoccupation individuelle ou collective ?
La vaccination doit-elle être une préoccupation individuelle ou collective ?

La vaccination doit-elle être une préoccupation individuelle ou collective ?

0
0

A partir de 2018, les Français doivent réaliser au moins 11 vaccins.

Annoncée dans tous les journaux télévisés, cette nouvelle n’a pas laissé indifférentes certaines personnes connues pour leur refus de toute forme de vaccin.

Le professeur Alain Fischer vous répond

Le Pr Alain Fischer a gagné une renommée dans les années 90 en guérissant des enfants atteints d’un déficit immunitaire. En 2016, il a pris comme côté l’obligation de tous les vaccins, onze au total, ce qui a conduit à plusieurs critiques à son encontre.

Pour ce médecin et chercheur renommé, l’obligation des cinq autres vaccins outre la diphtérie-tétanos-polio est avant tout temporaire. L’objectif du ministère, selon lui, est d’obtenir la confiance des gens tout en faisant l’impossible pour rehausser le taux de vaccination. Pour la Santé publique, la protection des enfants contre les maladies graves et mortelles est primordiale. Le choix de l’obligation vient du fait que les Français sont naturellement réticents envers la vaccination alors que dans les autres pays le choix vient essentiellement des parents.

En choisissant de se faire vacciner, on ne protège pas uniquement notre corps (et de son bébé), mais on participe aussi à protéger les autres (le public). La liberté c’est tout simplement une autre forme de responsabilité. Et la responsabilité se définit dans le cas de la vaccination comme le fait d’être solidaire avec les personnes à risque ou fragiles du point de vue de la santé.

Questionné sur la main mise des firmes pharmaceutiques à l’encontre de la vaccination, le professeur ne nie pas les faits et dénonce même cette pratique. Mais, quoi qu’il en soit, le Pr Alain Fischer soutient sa position. Pour lui, la vaccination participe à préserver la vie de nos enfants et de notre population.

À l’heure actuelle  dans l’Hexagone, 70 % à 80 % des enfants sont déjà vaccinés des onze vaccins.

Powered by themekiller.com