Home Les Brèves Daech a été chassé de Mossoul
Daech a été chassé de Mossoul

Daech a été chassé de Mossoul

0
0

Ce dimanche, le Premier ministre irakien a proclamé la libération de la ville de Mossoul des djihadistes après neuf mois de violents combats. Pourtant, cela ne signifie pas que Daech soit mort en Irak, qui est aujourd’hui contrôlé en quasi-totalité par l’armée irakienne. D’après l’AFP, des combats ont encore lieu dans un petit périmètre situé le long du fleuve Tigre. La perte de la ville de Mossoul marque un recul conséquent pour les djihadistes de l’Etat islamique, mais Daech reste toujours une menace pour qui cette perte n’est pas fatale.

Une ville symbolique

La perte de Mossoul qui est la deuxième ville du pays représente un véritable symbole, en plus du fait que depuis 2014, elle formait un des bastions de l’Etat islamique. Ce dernier avait pris le contrôle il y a deux ans au mois de juin, et Abou Bakr al Baghadadi y avait fait son unique déclaration publique connue jusqu’ici. Il s’était alors présenté comme leader de l’organisation Daesh, dans la mosquée Al-Nouri. En outre, Mossoul était également devenue la capitale de l’administration des djihadistes tout en étant un symbole de leur puissance. Deux millions d’habitants y vivaient il y a trois ans et au cours des neuf mois qu’ont duré les combats, l’armée de Daesh a défendu obstinément ses positions contre les forces irakiennes qui étaient soutenues par la coalition internationale. La perte de la ville de Mossoul représente une autre défaite pour les djihadistes qui voient de plus en plus de territoires leur échapper depuis quelques mois.

La sécurisation reste épineuse

Si la ville de Mossoul a été libérée du joug des soldats de Daesh, il reste encore une question épineuse à régler : celle de la sécurisation. En effet, il  y a encore  de nombreuses difficultés avant que la sécurité soit garantie et que les habitants puissent regagner la ville et se réinstaller. Militairement parlant, Mossoul est libérée : l’armée irakienne a réussi à venir à bout de la résistance des djihadistes quasiment partout. Mais ces derniers n’ont pas manqué d’adopter de nouvelles méthodes de frappe, se cachant parmi la population afin de commettre des attentats-suicides meurtriers. En outre, L’Etat islamique est toujours présent en Irak, notamment dans de vastes régions situées dans le nord du pays, à l’est et à l’ouest de Bagdad. Face à la perte d’un nombre toujours plus grand de territoires, les djihadistes amorcent un changement de stratégie en revenant progressivement au terrorisme. Ils espèrent ainsi continuer à faire exister le « califat », grâce à ces méthodes d’insurrection et de guérillas qui font que les attentas-suicides sont de plus en plus rapprochés chronologiquement et plus ciblés.

Powered by themekiller.com