Home Santé Cynothérapie : quand les chiens s’improvisent psys !
Cynothérapie : quand les chiens s’improvisent psys !

Cynothérapie : quand les chiens s’improvisent psys !

0
0

Depuis 2010 à Amiens (Hauts-de-France), l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel a recruté de bien singuliers soignants. En effet, ces derniers sont tous poilus, marchent à quatre pattes et sont … Des chiens. Il s’agit d’une méthode appelée « Cynothérapie »qui est un soin de l’esprit destiné aux malades mentaux grâce à la présence des chiens. Pour l’instant, l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel est le seul où cette thérapie particulière a été intégrée au programme de soin complet de psychiatrie. Ainsi, 259 patients ont bénéficié de la prise en charge depuis l’ajout de cette spécialité au service du lieu et 54 médecins ont l’autorisation de la prescrire.

Une thérapie qui améliore la santé morale

La cynothérapie est un soin qui agit comme un « anti dépresseur » naturel pour les patients qui en bénéficient. En outre, elle permet également d’inverser le processus d’isolement, de faciliter la réadaptation à la vie sociale ainsi que de diminuer le stress. Ainsi, patients qui s’occupent des chiens, qui les promènent et passent du temps avec eux ont vu des bénéfices sur leur santé morale. Aujourd’hui, il n’y a pas encore d’explication à ce curieux phénomène mais les effets sont palpables : ces animaux sont indispensables et agissent comme les meilleurs des antis dépresseurs. La cynothérapie a également l’avantage de diminuer les traitements psychotropes qui peuvent être très lourds chez certains patients. L’animal apporte de l’apaisement chez les personnes traitées grâce à ce processus et agit réellement comme un médicament qui diminue le stress et les angoisses.

Des effets tangibles

La cynothérapie pratiquée à l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel a des déjà fait ses preuves auprès de nombreux patients. A l’exemple de Priscillia, qui souffre de psychoses infantiles : la jeune femme de 27 ans avait l’habitude de s’isoler dans la souffrance en se mutilant ou en se scarifiant. Elle a été soignée par cynothérapie et promène maintenant des chiens. Elle est devenue plus extravertie, prend soin d’elle et se sent valorisée. Stéphane quant à lui est schizophrène : il vivait nu et s’isolait dans sa chambre, où il avalait tout ce qui lui tombait sous la main. Ce comportement inquiétant s’est arrêté « du jour au lendemain » quand il a été traité grâce à la cynothérapie. Aujourd’hui, il peut pique-niquer tranquillement avec les autres pensionnaires de l’hôpital, dans la cour.

Powered by themekiller.com