Home Environnement Antarctique : un iceberg de mille milliards de tonnes s’est détaché
Antarctique : un iceberg de mille milliards de tonnes s’est détaché

Antarctique : un iceberg de mille milliards de tonnes s’est détaché

0
0

L’un des plus gros icebergs jamais vus, pesant mille milliards de tonnes s’est formé après son détachement de l’Ouest Antarctique. Cette dernière est une région particulièrement vulnérable aux dérèglements climatiques et des profonds changements se produisent actuellement sur la calotte glaciaire qui s’y trouve.

Aucun impact sur le niveau des océans

Selon les scientifiques travaillant à l’université de Swansea au Royaume-Uni, c’est entre lundi et mercredi que le vêlage se serait produit. Cette estimation a été faite à l’aide des données satellitaires de la Nasa. En effet, ces experts observaient déjà de près l’évolution de cet iceberg d’une taille colossale de 5.800 km² de surface et de 350 mètres d’épaisseur dont le nom sera probablement « A68 ». A noter que ce détachement n’aura aucun effet que le niveau des océans car l’iceberg flottait déjà sur l’eau. Il constituait en fait une partie d’une gigantesque plateforme de glace dont le nom est Larsen C et qui est situé à l’Ouest de l’Antarctique. Ce dernier retient d’autres glaciers dont le détachement pourrait provoquer une augmentation de 10 cm du niveau des océans du monde. Les chercheurs estiment d’ailleurs qu’A68 représentait 12% de la superficie de Larsen C, qui est dorénavant moins stable. Ainsi, cette zone pourrait finir comme Larsen B, qui est une autre plateforme qui s’est entièrement désintégrée en 2002, après qu’un iceberg s’est formé sept ans auparavant. En outre, il y avait également une autre plateforme nommée Larsen A dont la désintégration remonte  à 1995.

L’Ouest Antarctique se réchauffe de plus en plus

Le phénomène ayant causé la formation ce gigantesque iceberg est un processus parfaitement naturel selon les scientifiques. Cependant, le réchauffement climatique a tendance à l’accélérer et l’Ouest de l’Antarctique fait partie de régions du globe qui se réchauffent très rapidement en raison des activités humaines qui provoquent un dérèglement climatique à l’échelle mondiale. Le professeur Adrian Luckman, qui travaille à l’université de Sweansea, souligne qu’il sera difficile de faire des prédictions sur la progression de cet iceberg nouvellement formé. Il est probable qu’il se fragmente, une partie de la glace pouvant rester dans la même région pendant des décennies tandis que les autres vont dériver dans les mers plus chaudes. Quant à la plateforme Larsen C, les scientifiques vont garder à l’œil ses signes d’instabilité.

Powered by themekiller.com