Home Environnement Accumulation de déchets plastiques dans l’Arctique
Accumulation de déchets plastiques dans l’Arctique

Accumulation de déchets plastiques dans l’Arctique

0
0

La surface de l’océan  est polluée par des fragments allant jusqu’à 1 200 tonnes. Ces fragments proviennent d’Europe de l’Ouest et des Etats-Unis.

C’est confirmé : tous les océans sont contaminés par des débris plastiques. Les grandes zones d’accumulation qu’on connaissait étaient dans la Méditerranée et dans les cinq gyres océaniques suivants : les gyres de l’Atlantique nord et de l’Atlantique sud, les gyres du Pacifique nord et du Pacifique sud et le gyre de l’océan Indien. Mais ce mercredi 19 avril, une équipe internationale dirigée par Andrés Cózar de l’université de Cadix (Espagne) a publié dans la revue Science Advances les résultats d’une étude mettant en évidence l’existence d’une zone d’accumulation de déchets plastiques dans l’océan Arctique. Une zone qui s’avère être très éloignée des principales sources de rejet de plastique en mer.

Toutefois, Erik van Sebille de l’université d’Utrecht (Pays-Bas), coauteur de ces travaux, a expliqué qu’il y a quand même une bonne nouvelle dans ces résultats. Il assure que dans de vastes zones de l’Arctique, il n’y a que très peu ou pas du tout de plastique qui flotte. Cependant, il y a des concentrations élevées de déchets plastiques en mer de Barents et en mer du Groenland, « beaucoup plus hautes que quiconque l’aurait imaginé ».

Dans certaines zones, on retrouve jusqu’à « plusieurs centaines de milliers de débris par kilomètre carré », selon les chercheurs, qui se basent sur les relevés effectués par la goélette Tara pour faire leur analyse. Entre juin et octobre 2013, la goélette Tara a déployé ses filets dans de vastes secteurs de l’océan glacial pour récupérer les fragments supérieurs 0,5 millimètre.

Par rapport à la quantité retrouvée en Méditerranée et dans les gyres océaniques, la quantité totale des débris découverts en Arctique reste toutefois marginale. Dans l’océan Arctique, les chercheurs estiment cette quantité de débris entre 100 tonnes et 1 200 tonnes en totale, leur masse totale sur l’ensemble des océans du globe étant évaluée jusqu’à plus de 200 000 tonnes (avec une grande marge d’erreur).

S’agissant de débris flottants, les chercheurs estiment qu’ils ne représentent qu’une infime partie de la quantité de plastiques déversés dans les océans, environ 1 %.

Powered by themekiller.com