Home Santé Accès aux soins : les femmes précaires, ces oubliées des politiques publiques
Accès aux soins : les femmes précaires, ces oubliées des politiques publiques

Accès aux soins : les femmes précaires, ces oubliées des politiques publiques

0
0

Une étude a été faite sur la santé et l’accès au soin des femmes en situation de précarité, par le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle montre un résultat alarmant puisqu’il apparaît que la gent féminine fait encore face à de grandes difficultés dans le domaine.

Les progrès ne profitent pas à tous

Selon l’étude évoquée précédemment, la France, comme les autres pays ayant le même niveau socio-économique, a fait de grands progrès en ce qui concerne l’état de santé  de la population, à en juger par de nombreux indicateurs de santé publique tels que le recul de la mortalité infantile ou encore l’espérance de vie. Mais il apparaît que tous et toutes ne profitent pas de ces progrès puisqu’il y a encore de flagrantes inégalités sociales. La situation est surtout remarquée chez les femmes qui constituent la plupart des personnes en situation de précarité, constituant 62% des emplois non qualifiés et 70% des travailleurs pauvres. Différents facteurs conjugués causent la vulnérabilité de ces femmes qui ont pour la plupart renoncé aux soins médicaux en 2016, selon le Haut conseil. Le rapport insiste par ailleurs sur le fait qu’il a une hausse des accidents de travail et des maladies professionnelles chez les femmes ces quinze dernières années.

Les politiques publiques pensées pour les hommes  

Face aux résultats alarmants de l’étude effectuée, le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes a proposé une vingtaine de recommandations. Ainsi, la première consiste en l’intégration la question du genre pour lutter contre les inégalités sociales. En effet, selon Margaux Collet, les politiques publiques sont généralement pensées pour les hommes. Pour les critères de prise en compte de la pénibilité au travail par exemple, les femmes sont totalement occultées. Cette responsable des études du Haut conseil aborde également le fait certaines particularités des postes tenus par des femmes ne sont pas prises en compte alors qu’elles s’avèrent répétitives ou les exposent à des violences.

Powered by themekiller.com