Home Société Abdelhakim Dekhar : début du procès du « tireur parisien »
Abdelhakim Dekhar : début du procès du « tireur parisien »

Abdelhakim Dekhar : début du procès du « tireur parisien »

0
0

Après avoir menacé et blessé des personnes dans les locaux de BFM-TV et de Libération, Abdelhakim Dekhar se trouve actuellement devant les Assises afin d’être jugé pour ses actes d’il y a quatre ans.

Quatre ans plus tôt…

Les faits se sont déroulés le 15 novembre 2013, jour où Abdelhakim Dekhar a menacé avec un fusil à pompe des personnes qui se trouvaient dans les locaux de BFM-TV à Paris. N’ayant touché personne, il récidive deux jours plus tard, cette fois, au sein du siège social du quotidien « Libération », toujours armé et blessant au passage un photographe. Il continue son « show » devant la tour de la Société Générale puis à la Défense. Il termine sa petite escapade sur les Champs-Élysées.

Début du procès

Arrêté puis placé en détention depuis, celui qui est surnommé le « tireur parisien » refait aujourd’hui la une puisqu’il se retrouve enfin devant la Cour d’assises de Paris depuis ce 17 novembre 2017.

Si l’on regarde bien les faits, l’accusé maintenant âgé de 52 ans semble en vouloir aux journalistes. Et pour beaucoup, il avait l’intention de blesser, voire de tuer, quelques-uns par balle lors de ses différentes intrusions.

Mais Abdelhakim Dekhar a nié tout cela devant le juge, clamant plutôt « un acte politique » sans pour autant révéler ses motivations. Celui qui avant écrit « infâmes journaputes » dans un texte de revendication explique avoir épargné le « Monde » à cause de la présence de femmes dans les locaux ce jour-là, ainsi que le « Figaro » à cause d’un trop grand nombre de personnes amassées sur la place de l’Opéra.

Tentative d’homicide ou trouble psychique ?

L’accusé avoue également au juge avoir voulu faire « un suicide altruiste », en espérant se faire abattre par la police ce jour-là. Mais cela n’a pas pour autant convaincu la Cour qui n’a pas écarté l’idée d’une tentative d’homicide.

Quelles étaient les réelles intentions d’Abdelhakim Dekhar ? En attendant la suite de ce très suivi procès, on sait que le tireur parisien a déjà fait l’objet d’un examen psychiatrique auparavant, avec mythomanie comme résultat. Selon les psychiatres, Abdelhakim se considérait comme « un agent de l’ombre … au service de la cause démocratique algérienne », et se prenait même comme « le nouveau Nelson Mandela ». Affaire à suivre…

Powered by themekiller.com